Anissa Abbar - juin 16, 2019

Formation en alternance : Le Guide d'information

La formation en alternance est une option de plus en plus prisée dans l'orientation post bac. En effet, elles recèlent de nombreux avantages et les jeunes y trouvent le plus souvent, un moyen d'optimiser leur parcours professionnel.

Le principe étant une formation à la fois pratique et à la fois théorique :

  • Pour les moins de 18 ans : 40% de temps au sein de l’établissement d’enseignement et 60% sur le terrain
  • Pour les plus de 18 ans : 20% en formation théorique et 80% en entreprise

C’est tout d’abord un très bon moyen d’acquérir une première expérience professionnelle qui favorisera une meilleure insertion dans le monde du travail et surtout de manière plus rapide. Car bien souvent, le contrat en alternance débouche sur un CDI à la fin des études, avec des conditions meilleures et des possibilités d’évolution plus fortes.

De plus, les formations en alternance permettent d’alléger considérablement les frais de scolarité, c’est pour cela que ce type de formation séduit de plus en plus de jeunes du CAP au bac +5.

On distingue alors deux sortes d’alternance :

  • L’alternance en apprentissage
  • L’alternance en professionnalisation

Pour prétendre à un contrat d’apprentissage, il faut être âgé de 16 à 25 ans. C’est une formation en CFA et la durée du contrat est de 1 à 3 ans en fonction du titre et diplôme préparé. Le tout pour un salaire minimum correspond à un pourcentage du SMIC.

Le contrat de professionnalisation est accessible de 16 à 25 ans. Quelques cas particuliers s’appliquent pour les demandeurs d’emploi de 26 ans et plus, les bénéficiaires des minima sociaux ou encore les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé. Le contrat est établi pour une durée de 6 à 24 mois comprenant une alternance en organisme de formation et des périodes de travail en entreprise. Concernant le salaire en contrat de professionnalisation, celui-ci varie selon l’âge du bénéficiaire et son niveau de formation initiale. Cependant, il correspond bien souvent à un minimum du pourcentage de SMIC tout comme le contrat d’apprentissage.

 

Les diplômes accessibles en alternance

La formation en alternance, au même titre qu’une formation classique prépare l’étudiant à la validation d’un diplôme post bac. Mais, quels sont les diplômes accessibles par l’apprentissage ?

On distingue tout d’abord trois grandes catégories parmi les diplômes accessibles via l’apprentissage :

  • Le diplôme professionnel de l’enseignement secondaire
  • Le diplôme professionnel de l’enseignement supérieur
  • Le titre à visée professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles

Le point commun essentiel de ces trois catégories de diplôme est qu’ils préparent tous à l’obtention d’un diplôme à finalité professionnel.

Voyons ensemble quels diplômes désignent chacune de ces catégories.

Le diplôme professionnel de l’enseignement secondaire

Ce type de diplôme désigne le CAP (certificat d’aptitude professionnel), le baccalauréat et le brevet professionnel.

La formation en alternance commence dès la sortie du collège avec le CAP qui se prépare sur 2 ans. Le mode de fonctionnement de l’alternance y est d’une semaine à l’école et une semaine en entreprise.

A la suite du baccalauréat, il est possible selon le secteur envisagé d'intégrer un BTS ou un DUT. Ces derniers peuvent être compléter par une licence professionnelle, accessible également en alternance.

Ce type de parcours maximise les chances de l’apprenti d’intégrer plus facilement le monde du travail.

Le diplôme professionnel de l’enseignement supérieur

Cette catégorie regroupe les diplômes post bac d’ingénieur, d’école de commerce ou de communication, le BTS, le DUT ainsi que les licences professionnelles.

Le titre professionnel inscrit au répertoire national des certifications professionnelles

Celui-ci s’adresse aux secteurs de l’hôtellerie, du tourisme, du bâtiment, du commerce et beaucoup d’autres.

Vous l’aurez compris, les diplômes accessibles par l’apprentissage sont très divers par le secteur qu'ils visent mais également par le profil des jeunes qui font le choix de l'apprentissage. Qu’ils aient 16, 17 ans ou plus, les étudiants en apprentissage ont tous en commun d'avoir choisi une voie professionnelle.

 

Un tremplin pour l’insertion professionnelle

Dans l’environnement économique actuel, un grand nombre de jeunes redoutent de ne pas trouver d’emploi à la suite de l’obtention de leur diplôme. C’est ce point de douleur qui mène de plus en plus de jeunes étudiants à se tourner vers la formation en alternance. En effet, grâce à la formation en alternance groupant apprentissage théorique et pratique, l’insertion professionnelle s’en trouve facilitée.

C’est à la fois un avantage pour l’entreprise et pour l’alternant. Pour l’entreprise, c’est l’occasion de former l’alternant pour pouvoir l’embaucher au terme de sa période d’apprentissage. L’alternant formé aura alors acquis une culture d’équipe et d’entreprise, des éléments nécessaires à un recrutement optimal. Si son travail est satisfaisant aux yeux de son employeur, les chances de se faire embaucher au terme de sa période d'apprentissage sont plus fortes.

 

Quand la formation en alternance est-elle possible ? Pour quel diplôme ?

L’alternance qu’elle soit en contrat de professionnalisation ou en contrat d’apprentissage reste accessible dès 16 ans et jusqu’à 25 ans en général. Autrement dit, les élèves et étudiants peuvent y prétendre du CAP au bac +5 et ce, dans tous les secteurs. Cela représente aujourd’hui plus de 500 métiers avec plus de 50% des contrats signés dans le tertiaire.

Il faut savoir que désormais la formation en alternance concerne quasi tous les diplômes post bac : BTS, DUT, licence, masters pros, écoles spécialisées, bachelors, écoles de commerce, d’ingénieurs et même Sciences-Po est concerné ! Le post bac représente à lui seul environ 20% des alternants. Parmi eux, 70% ont opté pour un contrat d’apprentissage.

 

Comment bien choisir sa formation en alternance ?

Choisir sa formation en alternance peut parfois s’avérer délicat. En effet, on ne sait pas toujours sur quels critères se baser. Car faire le choix d'une formation en alternance, c’est avant tout choisir une orientation professionnelle bien précise. Dans ces cas, il devient important de se renseigner sur le métier que l’on choisit. Pour cela la meilleure manière reste les stages d’immersion en entreprise pour se rendre réellement compte de la profession.

Si un jeune choisit une formation en alternance, c’est bien pour faciliter son insertion professionnelle. Pour cela, il est bien de se renseigner sur les secteurs recrutant le plus. Chaque année, des milliers de contrats d’alternance sont proposés et parmi ceux qui recrutent le plus, on retrouve : la banque, l’assurance, l’audit, le BTP, la distribution, l’informatique, l’hôtellerie, le transport-logistique et l’énergie. De plus, les entreprises du secteur bancaire et de l’assurance sont en recherche constante d’alternants. Pour vous donner une idée, c’est 2 000 alternants qui sont attendus chaque année au sein de la Société Générale et de ses filiales. BNP Paribas eux, en accueille près de 2 000 et LCL en recrute 600. Enfin, AXA France recherche en moyenne 700 alternants chaque année.

Le secteur de l’audit et du conseil sont aussi beaucoup en recherche. De même pour les secteurs de l’ingénierie et des nouvelles technologies avec notamment Sopra Steria offrant 350 contrats en alternance en 2018. Dans les secteurs de l’informatique, en particulier dans les télécoms, Orange forme chaque année environ 500 jeunes dans les métiers du très haut débit.

EDF, dans le secteur de l’énergie accueille plus de 5% de ses effectifs en alternance. Autre société, SUEZ, intègre chaque année 1 000 alternants. GRDF eux, accueille chaque année 400 nouveaux contrats en alternance.

Enfin, dans la distribution, Carrefour propose 5 000 contrats par an parmi 120 métiers.

Autant dire que la formation en alternance séduit aussi les entreprises et ils en sont très friands.

 

Le statut en contrat d’alternance

En tant qu’alternant, l’étudiant devient un salarié de l’entreprise. Dans ce cas, les deux partis s’engagent à un certain nombre de choses. En ce qui concerne l’entreprise, celle-ci s’engage à :

  • Former l’alternant et/ou l’apprenti selon le métier qu’il aura choisi
  • Désigner un maître de stage qui encadrera l'alternant au sein de l’entreprise
  • Lui permettre de suivre ses cours théoriques en parallèle
  • Lui verser un salaire correspondant aux minima légaux

De son côté, l’étudiant alternant s’engage à :

  • Respecter les règles de fonctionnement de l’entreprise
  • Effectuer sérieusement les tâches qui lui sont confiées
  • Suivre avec assiduité ses cours théoriques
  • Se présenter aux examens lorsqu’ils ont lieu

Selon que l’alternant soit en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation, ses droits et devoirs diffèrent.

Les droits et devoirs de l’alternant en contrat de professionnalisation

Commençons par aborder le contrat de professionnalisation. Dans ce cadre ci, l’alternant dispose du statut de salarié à part entière, il n’est alors plus considéré comme étudiant. Il bénéficie alors de l’ensemble des dispositions législatives, réglementaires ou conventionnelles applicables aux autres salariés de l’entreprise (article loi 1242-14 du Code du Travail). Il dispose aussi des RTT, applicables aux salariés en alternance aux mêmes conditions que pour les autres salariés de l’entreprise (article loi 3121-22 du Code du  Travail). En cas d’accidents du travail, il est bénéficiaire de la protection et de l’indemnisation. Ce qui signifie que tout accident survenant pendant le temps passé à l’Université est apparenté à un accident du travail.

En termes d’imposition et de cotisation, l’alternant cotise bien évidemment pour sa retraite et pour le chômage. A savoir que si ses revenus dépassent le SMIC annuel (ou ses parents s’il est rattaché à leur foyer fiscal), il devra impérativement procéder à leur déclaration et pourra bénéficier d’une exonération selon le montant déclaré.

Le statut d’alternant offre certains avantages tels que par exemple l’indemnisation du titre de transports ainsi que des frais de restauration compris dans l’horaire de travail journalier.

En ce qui concerne les congés payés, il en bénéficie selon le régime applicable dans l’entreprise. Généralement, 2 jours et demi par mois accomplis sur la période de référence du 1e juin de l’année précédente au 31 mai de l’année en cours (5 semaines pour un contrat de 12 mois).

Les absences sont bien évidemment tolérées si toutefois, elles sont justifiées par un arrêt de travail. Dans le cas contraire, la Direction Formation prévient l’employeur qui peut en conséquence décompter des jours de congé, est en droit de réaliser une retenue sur salaire, émettre une sanction telle un avertissement ou un blâme pouvant aller jusqu’à la rupture du travail pour faute lourde si celles-ci sont successives et non justifiées.

Dans le cadre d’une formation en alternance, l’un des principaux avantages est bien évidemment le salaire. Il faut savoir qu’en contrat de professionnalisation, le salaire de l’alternant dépend de son niveau de qualification. Par exemple, si vous possédez un baccalauréat général, vous ne pourrez pas prétendre à la même rémunération qu’un bac professionnel. La rémunération est alors de 55% ou 70% du SMIC en fonction de l’âge aussi. Si vous avez 26 ans ou plus, la rémunération ne pourra être inférieure au SMIC ou à 85% du SMIC en fonction de la convention de l’entreprise.

Les droits et devoirs de l’alternant en contrat d’apprentissage

Concernant son statut, l’alternant en contrat d’apprentissage en détient deux à la différence du contrat de professionnalisation. Il est à la fois salarié de l’entreprise et apprenti étudiant des métiers.

En tant que salarié, il est soumis aux mêmes règles que n’importe quel autre salarié et bénéficie des mêmes droits que les autres salariés en termes de couverture sociale.

L’alternant dispose d’une carte nationale d’apprenti similaire à une carte étudiante. Celle-ci permet de bénéficier d’avantages sur les transports, dans les restaurants, au cinéma et bien d’autres. Dans le cas où l’apprenti n’aurait pas trouvé d’entreprise, il ne pourra disposer de cette carte nationale puisqu’il n’aura que pour statut « stagiaire de la formation professionnelle ».

Pour ce qui est de la rémunération, l'apprenti qui devient salarié de l'entreprise peut négocier son salaire en fonction de son ancienneté, acquise durant son contrat d'apprentissage.

De plus, l’apprenti peut bénéficier de temps de préparation aux examens, à prendre dans le mois précédant l’examen.

 

Pour conclure, la formation en alternance séduit de plus en plus de jeunes et de plus en plus d’entreprises. En effet, cette dernière recèle de nombreux avantages pour les deux parties. Il est primordial avant de s’engager dans n’importe quel contrat d’alternance de bien s’informer sur tout ce qui concerne le secteur d’orientation professionnelle choisi par l’étudiant. Car, c’est un contrat certes très avantageux mais qui reste un contrat avec des règles à respecter et un engagement sur une période donnée.

Écrit par : Anissa Abbar

Business Developer au sein de Studymapper, Anissa évolue depuis plus d'un an dans l'univers Edtech tourné vers l'enseignement supérieur. Dans une logique d'aide et d'accompagnement, elle est au contact des élèves et les conseille pour s'orienter au mieux vers leurs études supérieures. En parallèle, elle donne des tips aux étudiants pour les accompagner dans leur recherche de stages / alternance, de logement à l'étranger etc ... De plus, Anissa est une passionnée de digital ayant acquis un Bachelor Communication au sein de l'ISCPA Paris. Ce qui lui permet de pouvoir informer les élèves sur les métiers d'avenir et leur proposer des parcours de formations y correspondant.